VIDÉO I Voyage à l’île Maurice 2018 : Une journée avec moi

J’ai eu la chance de passer quelques jours à l’île Maurice avec ma famille. Voici en quelques minutes un aperçu d’une journée type pendant ces vacances.
À l’île Maurice, le soleil se couche tôt. À 17H30, il fait nuit noire. J’essayais donc toujours de me lever plus ou moins tôt pour pouvoir profiter au maximum de mes journées.
Je commençais généralement par quelques “morning pages”, c’est-à-dire écrire au fil de la plume ce qui nous vient à l’esprit, au réveil. Je trouve que c’est un bon moyen de mettre ses idées au clair, d’être davantage présent dans l’instant, de refléter une certaine gratitude envers les petits aspects de la vie. C’était une activité que je trouvais également très adaptée aux circonstances, ces vacances étant principalement reposantes.
Et quoi de plus reposant et gratifiant qu’un petit déjeuner sain, avec vue sur mer ?
En terme de routine beauté, j’ai utilisé des récipients MUJI pour éviter d’emporter mes gros flacons dans la valise. Il était facile de les identifier grâces aux petites étiquettes que j’avais créé avec mon étiqueteuse. Je vous détaillerai davantage ma routine de soins plus en détail prochainement, car je pense que ça nécessite un article entier.
Et la matinée peut commencer. C’est parti pour une journée entière de plage. J’avais l’habitude de commencer par une marche le long de la mer avec mes parents. L’aller-retour doit bien faire environ 3 kilomètres, ce qui me permettait de démarrer du bon pied si on peut dire.
Puis je m’installais sur la plage pour lire. C’est toujours dans ce type de moment que j’arrive à lire le plus, c’est calme, je n’ai rien d’autre à faire que de me plonger dans un bon roman jusqu’à l’heure du déjeuner.
Pour le déjeuner, on mangeait face à la mer à nouveau, ce qui est on ne peut plus agréable.
L’après-midi était souvent similaire à la matinée, à cela près que nous buvions le thé sur la plage vers 16H, puis venait le moment de la marche du soir, au cours de laquelle nous voyions le soleil se coucher sur l’eau. De ce côté-là de l’île, vers Trou aux biches, le coucher de soleil est particulièrement magnifique.
Pour achever la journée, on prenait un petit apéritif face au coucher du soleil. De toute beauté.
Puis petit dîner, toujours au bord de l’eau.

Commencer l’année du bon pied


Autant pour souhaiter la bonne année, à partir de février, vous passez pour une poire, autant pour prendre de bonnes résolutions et redémarrer du bon pied, j’aime à croire qu’il n’y a pas vraiment de règle. Le mois de janvier a beau être terminé, je décide de poster tout de même cet article qui pourra peut-être profiter à certain(e)s.


J’adorais la rentrée des classes. Acheter un nouvel agenda, revoir ses méthodes de travail, ses moyens de classement, recommencer sur de bonnes bases quoi. Je trouve qu’à l’âge adulte, on a moins de moment tels que celui de la rentrée des classes. Certes, lorsqu’on change d’appartement, on peut décider de faire un grand tri pour repartir du bon pied, ou lorsqu’on termine une relation, on peut avoir envie de changement physique. Mais il ne nous arrive plus trop d’avoir tous ces changements en même temps. C’est pourquoi je pense qu’il faut les créer soi-même, ces changements.

On est tous pris dans le quotidien, on n’a le temps de ne rien faire en dehors de notre routine. On se lève, on va travailler, on rentre, on tente d’avoir une vie sociale/une vie de famille. Et le week-end, on gère les tâches ménagères un peu barbantes, les broutilles administratives, et on essaie à nouveau de se lier au reste du monde. On a tendance à remettre au lendemain tous ces projets, toutes ces choses qu’on aurait envie de faire, et on se dit toujours “Je le ferai quand j’aurai le temps”. Et en fin de compte, on ne les fait pas.

Je viens de passer par une période de chômage, courte certes, mais présente. Et je commence à peine à me replonger dans la vie active. Au moment où j’ai arrêté de travailler, c’était presque comme un soulagement “Je vais enfin avoir le temps de faire tout ce que je ne faisais pas avant”. Et puis on se rend compte que le problème est le même. Il reste toujours des choses qu’on n’a pas le temps de faire ou de gérer. Et en fin de compte, on réalise : Il nous manquera toujours du temps, mais il s’agit surtout de savoir comment disposer du temps qui s’offre à nous.

Un projet vous tient à coeur et vous souhaitez plus que tout le réaliser ? On a tous des rêves, ou même de petites ambitions, repeindre l’entrée, trier son dressing, monter son entreprise, commencer à se mettre au sport. Et je me rends compte que tous ces projets que j’ai pu avoir au cours de ces dernières années, je n’ai pas forcément pris le temps de les mettre en place. Et ce temps, il faut le prendre. Peut-être sur le temps de cette émission qu’on regarde par habitude le soir avant de dormir. Ou encore de ces 30 minutes de snooze entre deux réveils le matin.
Le développement personnel est un sujet qui m’intéresse de plus en plus et je lis, écoute et regarde beaucoup à ce sujet. Ainsi que sur la gestion de son temps, quelque chose que j’ai beaucoup de mal à faire moi-même.
Ce post prend la forme d’une introduction sur le sujet, car je souhaite poster davantage sur ce thème. J’ai hâte de partager avec vous mes idées, de vous parler de techniques que j’ai pu tester, de blogs que j’ai pu lire, ou encore de podcasts à écouter, pour essayer de gérer ma vie au mieux et en en profitant au maximum.
Si vous avez des requêtes particulières, n’hésitez pas à les partager en commentaires.


Je commence cette “série” par une réflexion sur ce que c’est de démarrer l’année du bon pied.
Pour cela, voici deux vidéos que j’aimerais vous partager (désolée, c’est en anglais)

La première, par Rachelleea, discute le fait qu’il faut faire le point de l’année passer pour pouvoir planifier son année à venir. Qu’est-ce qu’on a fait de bien, de moins bien, et comment on peut s’améliorer. Cette façon de voir les choses permet également de mettre l’accent également sur ce qu’on accomplit, ce dont on est fiers, et pas seulement sur le négatif et ce qu’on aurait aimé accomplir l’année passée. Se concentrer sur le positif, c’est aussi démarrer l’année avec plus de confiance en soi.

La deuxième vidéo, par Nika Erculj, concerne la façon d’organiser ses objectifs, comment les atteindre, et comment se donner les moyens d’atteindre ses objectifs. Elle donne ses astuces pour mettre en place ses ambitions. C’est évidemment une façon de faire les choses, ce n’est pas forcément LA méthode unique. 


De la difficulté de demander – Chronique d’une timide

Aujourd’hui je vous écris un article un peu spécial, un peu plus personnel. 
Depuis que je suis petite, je n’ose pas. Je n’ose pas demander mon chemin dans la rue, je n’ose pas demander de l’aide aux vendeuses dans les magasins, je n’ose pas dire quand le serveur s’est trompé dans ma commande, je n’ose pas poser une question à une conférence, je n’ose pas poser de questions aux professeurs, je n’ose pas appeler les gens… Et récemment, cette manie de ne pas oser est revenue en force, chez le coiffeur. Et c’est possiblement le pire endroit où il faut justement oser demander, oser dire quand quelque chose ne va pas. 
Je ne sais pas trop à quoi cette manie est due, je crois que c’est peut-être en partie parce que j’ai une jumelle qui a toujours demandé des choses pour moi quand j’étais plus jeune. Et d’une manière générale, je n’aime pas déranger, je n’aime pas montrer aux gens qu’ils se sont trompés, qu’ils ne m’ont pas rendu assez de monnaie ou qu’ils m’ont donné la mauvais couleur de rouge à lèvres. 
Reprendre les gens ou leur demander une information me donne la boule au ventre, me stresse, me paralyse. Comme si les gens allaient riposter ou s’énerver face à ma demande, alors que ce n’est généralement pas le cas. 
C’est un problème qui s’est un peu amoindri avec le temps mais qui reste suffisamment puissant pour m’empêcher de faire des choses que je voudrais faire mais que je n’ose pas faire, ou pour me laisser sortir de chez le coiffeur sans être contente du résultat. 
Ce blog, c’est un peu une façon d’oser sans trop oser, en sécurité derrière mon écran et mon clavier. C’est également pour ça que j’ai décidé de faire des vidéos, pour me forcer à oser plus. 
Certaines d’entre vous sont-elles dans ce cas ? Comment arrivez-vous à demander les choses ? Ça peut paraître bête mais si vous avez des astuces, n’hésitez pas à les partager ici !